image

Le berger des étoiles

10 septembre 2011 au Festival International de théâtre de Mont-Laurier

Texte de Catherine Chevrot
Mise en scène de Noël Delisle et Gabriel Gaudreau
Distribution : Denis Boulet, Réjean Boulet, France Clavet, Julie Gagné, André Gaudreau,
Gabriel Gaudreau, Carole Gendron,Louis-Marie Laboissonnière, Vanessa Lachanche,
Jérôme Landry, Naomie Lebel, Isabelle Mimeault, Ginette Plante et Ron Tuppert


A propos de la pièce et de son auteure
Gagnante du prix Création-Production de la Fédération Québécoise du Théâtre Amateur (FQTA), la pièce, Le Berger des Étoiles, a été créée par madame Catherine Chevrot, auteure bien connue dans la région de Montmagny. La complicité entre le TDM et madame Chevrot a permis la réalisation de sept pièces de théâtre et de nombreux contes et légendes. Soulignons que madame Chevrot et le TDM ont remporté à deux reprises le prix Création-Production.

A propos de l’intrigue du Berger des Étoiles
Depuis 65 ans, le petit village de Heaven n’a que 13 personnes. Chaque fois qu’une quatorzième personne arrive, quelqu’un meurt limitant ainsi le nombre de villageois à treize. Que se passe-t-il ? Malchance ou malédiction? Accidents ou meurtres ? L’annonce de l’arrivée d’un quatorzième va déclencher méfiance et angoisse ….

A propos du concept
L’horreur et le fantastique est un genre rare au théâtre et présente de nombreux défis. En cela, Le Berger des Étoiles ne fait pas exception d’autant plus que la langue de madame Chevrot est poétique, littéraire et ses nombreux monologues explorent l’âme des personnages. C’est un peu à la manière d’une tragédie grecque que nous avons abordé ce spectacle. Chacun des quatorze personnages devaient avoir une personnalité bien marquée, tous sont façonnés par tous ces morts depuis 65 ans. Prisonniers dans ce coin perdu, les villageois se doivent d’être d’une solidarité presque sectaire, complices dans leur douleur et leur isolement (uniformité dans les costumes), mais aussi méfiants les uns des autres car l’un d’eux est peut-être un assassin même si chaque mort semble un accident. L’horreur, même au théâtre, se nourrit d’ambiances glauques, d’éclairages sombres, de musiques étranges, de maquillage ombreux et de temps d’orage. L’horreur, c’est aussi une bataille entre le bien et le mal. Ici, ce combat se déplace au cœur même de celui qui amène le mal. Surveillez les étoiles, elle ne signifie pas nécessairement une soirée calme et tranquille.